À Montréal, les îlots urbains de chaleur contribuent à la déshydratation de la personne âgée et augmentent le risque de mortalité lors de canicules. Des différences de température de plusieurs degrés sont observées entre Montréal et les zones rurales environnantes. De plus, l’une des conséquences actuelles des changements climatiques est la hausse de la fréquence et de la durée des canicules, ce qui peut donner lieu à de « super canicules ». La déshydratation entraîne une recrudescence des hospitalisations chez les aînés au cours de l’été à Montréal. Des adaptations de soins médicaux en résidence pour ainés à Montréal peuvent les soutenir à mieux composer avec les effets de la chaleur.

Quels sont les risques de déshydratation chez la personne âgée ?

Une personne âgée s’avère plus encline à éprouver des signes courants de déshydratation. Cela peut se manifester de plusieurs manières, entre autres : une soif accrue, la bouche sèche et poisseuse, de l’irritabilité, une réduction de la transpiration des aisselles, de la léthargie et fatigue, des maux de tête et des étourdissements, une urine jaune foncé, ou une perte de l’élasticité de la peau.

Un coup de chaleur et la déshydratation peuvent provoquer une perte de conscience et engendrer la mort.

La personne âgée est beaucoup plus sensible à la forte chaleur d’une canicule, notamment lorsque cette personne :

  • présente une perte d’autonomie.
  • vit de l’isolement physique et social.
  • suit un traitement médicamenteux. Plusieurs médicaments interfèrent avec la thermorégulation du corps humain, tels que les diurétiques, antiarythmiques, antiparkinsoniens, etc.
  • souffre d’affections ou de maladies chroniques pouvant réduire sa tolérance à la chaleur, entre autres, les maladies cardiovasculaires, pulmonaires, rénales et neurologiques, le diabète et l’hypertension.

Par ailleurs, en raison de l’âge, on peut noter :

  • une diminution du réflexe de boire.
  • des modifications à la fonction rénale.
  • une incapacité de rétention de l’eau, attribuable à l’immobilité physique. Certaines conditions médicales provoquent cette incapacité, comme la démence.
  • le corps a tendance à retenir moins de quantité de fluides.

Lorsqu’un symptôme ou signe de déshydratation est perçu, il importe de commencer immédiatement un traitement de réhydratation. Contactez un médecin si la condition s’aggrave.

Comment peut-on réhydrater une personne âgée à Montréal ?

La prévention de la déshydratation chez la personne âgée passe par une panoplie d’interventions et changement des habitudes.

Les habitudes à adopter pendant une canicule

  • Boire régulièrement.
  • Manger des aliments « liquides ». Par exemple : des bouillons, de la gaspacho douce, du Jell-O, de la crème glacée ou encore une salade de trois melons.
  • Complémenter l’apport liquide en mangeant des légumes et fruits riches en eau, comme le concombre, laitue, baies, melon, poire, pomme, agrumes.
  • Prendre des potages froids au repas, et des compotes de fruits en collation ou en dessert.

Voici des astuces supplémentaires qui éviteront la déshydratation chez la personne âgée

  • Prendre quelques gorgées d’eau à la fois.
  • Se munir d’une des nouvelles gourdes d’eau connectées (cela s’illumine lorsqu’il est temps de boire !). Un membre de la famille ou ami peut aider à remplir le profil : région géographique, âge, sexe, poids, objectif quotidien.
  • Garder près de soi une carafe ou une bouteille d’eau.
  • La personne âgée n’aime pas l’eau ? Préparer de délicieuses infusions avec des herbes fraîches ou des fruits, et gardez-les au réfrigérateur. Il n’y a pas de limite aux breuvages désaltérants à base d’eau au bon goût que l’on peut concocter.
  • Boire du jus de légumes ou un jus de fruits non sucré au repas.
  • Sucer des glaçons ou des popsicles.

Que devrait-on faire par temps chaud ?

  • Demeurer à l’intérieur, de préférence dans une pièce climatisée.
  • S’il n’y a pas de climatiseur chez soi, visiter un membre de la famille ou un ami, se déplacer au centre d’achat, ou regarder un film au cinéma.
  • Se vêtir légèrement de matières qui favorisent une bonne respiration de l’épiderme.
  • Éviter l’exposition au soleil et les activités extérieures.
  • Éviter les efforts physiques.
  • Donner régulièrement de ses nouvelles à son entourage.
  • Surveiller attentivement les signes de déshydratation.

En conclusion

La prévention de la déshydratation d’une personne âgée implique plusieurs adaptations individuelles et modifications aux habitudes en résidence pour ainés. Il importe d’intégrer ces pratiques dans les soins médicaux des résidences pour ainés à Montréal.

Le Manoir Gouin, conscient des risques accrus que représentent les périodes de chaleur pour les aînés à Montréal, a modifié en conséquence ses services, afin d’y inclure la prévention de la déshydratation de la personne âgée dans ses soins.

 

Articles connexes :

Services de soutien à domicile offerts par les CLSC/CIUSSS en résidence

L’importance de la nutrition chez les personnes âgées