Il importe de prendre conscience des faits concernant le diabète de type 2, afin de se distancier des mythes et des légendes alimentaires. Pour les personnes âgées, une meilleure compréhension de cette maladie développe l’attitude adéquate pour composer prudemment avec les risques.

Diabète Québec estime à 880 000 le nombre de personnes qui vivent avec le diabète au Québec. De ce nombre, environ 250 000 ne le savent pas. Commençons par lever le voile sur les 7 mythes suivants !

Mythe 1 : « Cela se guérit »

C’est un leurre… Le diabète de type 2 n’est pas réversible. Cette maladie se prolonge durant la vie d’une personne et ne peut être complètement guérie. Cependant, il est parfaitement envisageable de la maitriser avec succès, grâce à une stratégie comportant plusieurs interventions. Exercice physique régulier, bonne alimentation et diabète type 2 font bon ménage. Mais il arrive fréquemment que suivre un traitement médicamenteux antidiabétique ou d’insuline s’avère nécessaire pour maitriser la glycémie.

Lorsque le taux d’HBA1c ou de glycémie a tendance à être élevé, il ne faut pas hésiter à en discuter avec son médecin, afin de mettre en place des stratégies pour contrer cette maladie.

Que se passe-t-il quand on est diabétique de type 2 ? Le pancréas éprouve des difficultés à sécréter assez d’insuline, ou encore il survient une difficulté dans l’organisme, qui ne parvient pas à utiliser adéquatement l’insuline (on parle alors de « résistance »). Dans ces circonstances, le sucre des aliments s’accumulera dans le sang, plutôt que de servir à nourrir les cellules.

Mythe 2 : « Si les symptômes du diabète de type 2 passent sous le radar, alors c’est parce que c’est bien contrôlé »

Ne vous laissez pas berner par cette fable ! Il arrive souvent qu’un individu ne présente pas les symptômes du diabète de type 2. Mais cela ne signifie pas nécessairement que la maladie est bien contrôlée. Il est crucial d’effectuer un suivi régulier avec une équipe de soins, afin de vérifier la glycémie. Cette maladie est d’ailleurs souvent détectée au cours d’un suivi médical, un service de soutien à domicile offerts par les CLSC/CIUSSS en résidence.

Les symptômes à surveiller sont les suivants :

• Une soif intense
• Une perte de poids non liée à un régime, inexpliquée
• Uriner de façon plus fréquente
• La vision trouble
• La cicatrisation lente de plaies
• De la fatigue
• Des infections gynécologiques répétées.

Chez les personnes âgées en particulier, cette maladie peut avoir de graves conséquences, comme la cécité, des amputations (non associées à des accidents), l’insuffisance rénale, de même qu’un risque accru de maladie cardiaque (jusqu’à 2-4 fois plus élevé). Une bonne maitrise du taux de glycémie du diabète de type 2 réduit considérablement les risques de complications.

Mythe 3 : « Toute personne avec de l’embonpoint devra jongler avec le diabète de type 2 »

Cela est faux. Même si l’embonpoint figure parmi les facteurs de risque, il existe d’autres causes pouvant conduire à développer cette maladie.

Il est fortement recommandé de maintenir un poids santé, tout en surveillant son alimentation et son diabète de type 2.

L’exercice régulier contribue à perdre du poids. Une meilleure forme physique favorise une diminution du taux de cholestérol, une diminution de la tension artérielle, un plus grand niveau d’énergie en général, ainsi qu’une maitrise accrue de la glycémie.

Des études scientifiques ayant suivi des patients physiquement actifs pendant plus d’une quinzaine d’années ont révélé une réduction du risque de mortalité de 39 à 70 % (Source : Diabète Québec). Voilà pourquoi il est crucial pour les personnes âgées de demeurer actives et d’effectuer des exercices physiques de diverses intensités chaque semaine. Demandez à votre médecin quel type d’exercices vous conviendraient le mieux.

Mythe 4 : « Quand on est diabétique, il faut dire adieu au sucre »

Il ne faut surtout pas croire cela ! Les diabétiques n’ont pas à éliminer le sucre de leur alimentation. Ils doivent simplement faire plus attention en surveillant le type de glucides et la quantité de sucre qu’ils/elles ingèrent.

En matière d’alimentation et taux de glycémie du diabète de type 2, l’important pour les personnes âgées est de bien comprendre en quoi consistent les aliments sucrés, et ensuite bien répartir l’apport de sucre dans leur journée.

Par exemple, plusieurs personnes croient à tort que le sucre des fruits et le sirop d’érable constituent de meilleurs choix que le sucre blanc. Les sucres, qu’ils soient naturels ou non, font augmenter la glycémie. Il est évident qu’un fruit est un meilleur choix santé qu’une pointe de tarte aux pacanes ou un muffin double chocolat, étant donné que cela comporte des fibres, minéraux et vitamines.

Voyez avec un professionnel en nutrition comme bien équilibrer alimentation et votre diabète de type 2. Vous pouvez également lire notre article de blogue sur l’importance de la nutrition chez les personnes âgées.

Mythe 5 : « Si je maigris, mon diabète s’envolera »

Il suffit souvent d’une perte de poids de 5-10 % obtenue, à la suite d’une modification des habitudes de vie, pour régulariser un taux de glycémie du diabète de type 2. Mais la maladie ne sera pas guérie pour autant. Une certaine vigilance s’impose. Cela requiert une attention constante au contrôle de l’alimentation et du diabète de type 2.

Mythe 6 : « Tous les médicaments antidiabétiques peuvent entrainer de l’hypoglycémie. »

Il est faux de croire que tous les médicaments antidiabétiques ont comme conséquence l’hypoglycémie. Il s’agit souvent d’une interaction entre différents médicaments que la personne âgée peut prendre ou encore la façon dont le corps réagit au médicament. Certains sont plus propices que d’autres à souffrir d’hypoglycémie. Parmi les symptômes détectés, nous notons les tremblements, la transpiration, les palpitations, un sentiment d’anxiété ou de confusion et des difficultés de concentration.

Mythe 7 : « Je devrais bannir tous les gras »

Il n’y a pas lieu de bannir les gras, étant donné que l’organisme en a besoin pour de nombreuses fonctions, comme l’absorption de vitamines et la digestion. Tout est une question de quantités et d’apport supplémentaire en calories. Gardez toutefois en tête que les personnes âgées ont besoin de moins de calories au quotidien.

En conclusion

Ce ne sont pas les légendes alimentaires ni les mythes qui manquent sur le Web concernant le diabète ! Les personnes âgées devraient avant tout bien s’informer, car ce groupe d’âge est affecté par la plus haute prévalence de diabète. La prévention et le dépistage constituent de bonnes solutions à la portée de tous, qui permettent de maintenir une bonne qualité de vie et optimiser l’état de santé global. Pour un meilleur accompagnement, notre résidence pour personnes âgées apporte différents soins à ses résidents.